Dormez-vous suffisamment ?

Dormez-vous suffisamment ?

Le sommeil joue un rôle essentiel dans le traitement cognitif et le maintien de la santé psychologique, ce qui inclut le traitement des émotions et la consolidation des souvenirs. Le sommeil peut également avoir un effet neuroprotecteur puisqu’il permet d’évacuer les déchets de l’organisme. Des études ont montré que des changements dans la durée du sommeil ont été associés à plusieurs maladies ainsi qu’à des troubles psychiatriques. Un sommeil insuffisant a été associé à une mortalité accrue, tandis qu’un sommeil prolongé peut conduire à la démence.

Study: The brain structure and genetic mechanisms underlying the nonlinear association between sleep duration, cognition and mental health. Image Credit: amenic181 / Shutterstock

En outre, le processus de vieillissement a été associé à des altérations des habitudes de sommeil, à une diminution de l’efficacité du sommeil et à une baisse de la qualité et de la quantité du sommeil. Par conséquent, les troubles du sommeil sont fréquents dans la population vieillissante et peuvent contribuer au déclin cognitif et à une moindre qualité de vie.

Une étude récente à ce sujet a montré qu’il existe une association en forme de U inversé entre le déclin cognitif global et la durée du sommeil, une durée inférieure à 4 heures ou supérieure à 10 heures s’avérant préjudiciable. En outre, une association en forme de U a également été observée entre la durée du sommeil nocturne et les biomarqueurs de dépôt amyloïde dans le liquide céphalo-rachidien (LCR) chez les personnes âgées. Cependant, l’impact de la durée du sommeil sur la cognition et la santé mentale reste à déterminer dans une grande cohorte.

Des études antérieures ont également indiqué qu’un sommeil anormal chez les personnes âgées est associé à des changements négatifs dans la structure du cerveau. Par exemple, on a constaté que chaque heure de sommeil réduite était associée à une augmentation de 0,59 % du volume ventriculaire chez les personnes âgées de plus de 55 ans. En outre, une courte durée de sommeil chez les adultes d’âge moyen et plus âgés a entraîné une altération de la microstructure de la matière blanche. En outre, une étude longitudinale a également révélé que les troubles du sommeil pouvaient survenir en raison de l’atrophie des régions du cerveau liée à l’âge. On a évoqué la possibilité de relations non linéaires entre le sommeil et le comportement, mais la plupart des études existantes se concentrent sur les relations linéaires entre la structure du cerveau et la durée du sommeil.

Une nouvelle étude publiée dans la revue Vieillissement naturel a utilisé la grande cohorte de la UK Biobank pour se concentrer sur la durée du sommeil des adultes en milieu et fin de vie et analyser si les mécanismes cérébraux et génétiques ont un impact sur l’association non linéaire entre la durée du sommeil, la cognition et la santé mentale.

À propos de l’étude

L’étude a porté sur un total de 498 277 participants d’ascendance européenne, âgés de 38 à 73 ans. 94.3 pour cent des participants étaient blancs, 2 pour cent asiatiques, 0,3 pour cent chinois, 1,6 pour cent noirs, 0,6 pour cent métis, 0,9 pour cent d’autres groupes ethniques.

Les données de neuro-imagerie ont été obtenues auprès de 48 511 participants. 156 884 participants ont rempli le questionnaire de suivi en ligne sur la santé mentale (MHQ) pendant 6 à 8 ans après l’évaluation de base.

La durée du sommeil mesurée au départ a été utilisée pour analyser l’association entre les évaluations de santé mentale de suivi en ligne et la fonction cognitive, tandis que la durée du sommeil mesurée lors de la visite de neuro-imagerie a été utilisée pour analyser l’association avec la structure du cerveau.

Les symptômes dépressifs ont été mesurés à l’aide du questionnaire sur la santé des patients (PHQ)-4 à la fois au départ et lors des visites de neuro-imagerie. De plus, des tests cognitifs ont été administrés au départ et pendant les visites de neuro-imagerie.

Ensuite, le score de risque polygénique (PRS) a été calculé pour la durée du sommeil, suivi d’une analyse statistique, d’une analyse longitudinale et d’une analyse de médiation qui a été effectuée séparément pour les individus qui dorment moins de 7 heures et ceux qui dorment plus de 7 heures. Un modèle d’équation structurelle a également été estimé pour ces deux groupes d’individus. Enfin, l’interaction entre l’âge et la durée du sommeil a été analysée.

Résultats de l’étude

Les résultats indiquent une association positive entre une durée de sommeil insuffisante et excessive et une mauvaise performance des tâches cognitives ainsi que des symptômes de santé mentale tels que la détresse mentale, l’anxiété, la dépression, les traumatismes, l’automutilation et les expériences psychotiques. Des associations non linéaires entre la durée du sommeil et la structure du cerveau ont également été signalées, notamment la surface totale du cerveau, l’épaisseur moyenne globale, l’hémisphère droit, le volume de matière grise corticale et le volume de matière grise sous-corticale. En outre, la relation non linéaire la plus significative entre la durée du sommeil et les volumes corticaux a été observée dans le groupe des 44-59 ans et a diminué avec l’âge.

Les résultats ont également révélé qu’une augmentation de l’âge était associée à une diminution du volume cérébral ainsi qu’à une altération des fonctions cognitives. Cependant, l’augmentation de l’âge n’a pas eu d’impact similaire sur les symptômes de santé mentale. Une durée de sommeil plus longue chez les personnes ayant moins de 7 heures de sommeil au départ a été associée à des scores PHQ-4 plus faibles et à des scores d’intelligence fluide plus élevés, tandis que chez les personnes ayant plus de 7 heures de sommeil au départ, elle a été associée à des scores d’intelligence fluide plus faibles.

De plus, les résultats de trois analyses de voies de médiation ont indiqué que pour les participants ayant une durée de sommeil de moins de 7 heures, le premier modèle a montré que l’ÉCP était associée à la durée du sommeil tandis que la durée du sommeil était associée à la structure cérébrale. L’EFR du sommeil aurait également un impact négatif sur les symptômes dépressifs. Le deuxième modèle a montré que l’association entre l’EDP et les symptômes dépressifs était influencée par la durée du sommeil. Le troisième modèle a montré que la structure cérébrale pouvait également avoir un impact sur l’association entre l’EDP et les symptômes dépressifs.

La voie de médiation pour la fonction cognitive de l’intelligence fluide chez les participants ayant une durée de sommeil inférieure à 7 heures a révélé une association positive entre l’ÉCP et l’intelligence fluide. La durée du sommeil a été associée à l’ÉCP, tandis que le volume cérébral a été associé à la durée du sommeil et à l’intelligence fluide. Les résultats de l’analyse de médiation entre la durée du sommeil et l’intelligence fluide étaient similaires pour les participants ayant une durée de sommeil supérieure à 7 heures, tandis qu’ils n’étaient pas tout à fait significatifs pour l’analyse de médiation entre la durée du sommeil et les symptômes dépressifs.

En outre, les symptômes dépressifs et les symptômes d’anxiété ont été identifiés comme les principales composantes de la variable latente de la santé mentale, le volume du cortex a été identifié comme le principal prédicteur du volume cérébral, et l’intelligence fluide a été identifiée comme la variable latente de la fonction cognitive.

Par conséquent, l’étude actuelle a confirmé l’existence d’associations non linéaires entre la durée du sommeil et les fonctions cognitives, la santé mentale et la structure du cerveau chez les participants d’âge moyen et plus âgés de la UK Biobank.

En outre, une durée de sommeil non optimale était corrélée à une mauvaise fonction cognitive et à une augmentation des symptômes psychiatriques au fil du temps. Ainsi, l’étude actuelle illustre l’importance de la régulation du sommeil pour le bien-être individuel.

Limites

L’étude présente certaines limites. Tout d’abord, l’étude ne portait que sur la durée totale du sommeil et ne comprenait pas d’autres mesures de l’hygiène du sommeil. De plus, comme la durée du sommeil a été évaluée au moyen d’un questionnaire autodéclaré, il est possible qu’un biais se soit produit. Troisièmement, l’étude a porté sur la durée du sommeil de personnes pour la plupart en bonne santé. Quatrièmement, l’étude comprenait des MHQ qui fournissent des mesures quantitatives des symptômes de santé mentale mais pas un diagnostic. Enfin, les résultats de cette étude pourraient ne pas être entièrement applicables à d’autres populations démographiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.