Quels sont les différents types de maisons chinoises ?

Quels sont les différents types de maisons chinoises ?

Selon le Livre Guinness des records, la Chine possède le plus grand nombre de maisons au monde : 276 947 962 en 1990. Dans le nord, où le bois est rare, les habitations et les murs sont traditionnellement faits de pierre, de boue damée ou de briques séchées au soleil renforcées de paille. Dans le sud, les maisons sont traditionnellement faites de bois, de briques ou de bambou tressé.

Au milieu des années 1990, environ 400 000 nouvelles habitations ont été achevées par chaque et 90,6 % de toutes les maisons avaient l’eau courante. En 2002, la surface habitable moyenne était de 23,5 mètres carrés (252,95 pieds carrés).dans les zones rurales, les maisons ont tendance à être plus petites. Dans les zones rurales, les maisons ont tendance à être plus petites. Certaines maisons rurales plus récentes ont une taille d’environ 50 mètres carrés (538,2 pieds carrés) et les ménages comptent de trois à six personnes. Bien que de nombreuses maisons rurales soient construites avec des murs en bois et en terre et des toits de tuiles ou de chaume, certaines maisons plus récentes, comme celles construites par Habitat for Humanity, comprennent des briques rouges, des pierres et des blocs de terre comprimée.

Souvent, la quantité d’espace à l’intérieur d’une maison chinoise est assez faible. Une enquête publiée en juillet 2013 par l’Université de Pékin a révélé que la taille moyenne de la propriété d’une famille chinoise était de 100 mètres carrés (1076 pieds carrés). Entre les années 1980 et les années 2000, l’espace de vie moyen par personne est passé de 7,4 mètres carrés (80 pieds carrés) à près de 28 mètres carrés (300 pieds carrés). Les Occidentaux qui visitent des maisons chinoises sont souvent choqués par le peu d’espace personnel dont disposent les gens. Un Américain visitant une famille à Shanghai a déclaré au China Daily : Ici en Chine, les gens sont toujours à côté les uns des autres, mais aux États-Unis, tout le monde essaie de s’éloigner le plus possible.

Ce que les Chinois peuvent faire avec leur espace limité peut être étonnant. Angie Eagan et Rebecca Weiner ont écrit dans « CultureShock ! China » : L’auteur se souvient d’avoir été incroyablement humble lors de sa première invitation à dîner dans une maison chinoise. Cette famille de trois adultes s’était vu attribuer le grenier d’une vieille maison. La porte du grenier occupait un tiers de l’espace au sol. Les lits situés à l’extérieur de la pièce occupaient le reste de l’espace. Ce n’est qu’après avoir fermé la porte du grenier que la petite table a pu être déplacée au milieu de la pièce pour servir le repas. Contrairement à l’espace, le repas qui a été servi était digne d’un palais. L’effort, le coût relatif et l’intention derrière ce repas en ont fait l’un des meilleurs consommés par l’auteur partout dans le monde.

Maisons traditionnelles à cour en Chine

Maisons traditionnelles à cour en Chine

Une maison traditionnelle chinoise est un ensemble de murs et de logements organisés autour d’une cour. Les murs et les cours sont construits pour assurer l’intimité et la protection contre les vents violents. À l’intérieur de la cour, dont la taille dépend de la richesse de la famille, se trouvent des espaces ouverts, des arbres, des plantes et des étangs. Dans les cours intérieures des maisons rurales, les poulets sont souvent élevés dans des cages et les porcs peuvent se déplacer dans de petits enclos. Des vérandas couvertes relient les pièces et le logement.

Une grande maison traditionnelle de la classe supérieure a un seul étage, un toit de tuiles, une cour, des tuiles cannelées et des sculptures en pierre. Certaines ont des fenêtres à treillis ornées, des piliers peints en rouge foncé, des dragons sculptés et des étangs à poissons dans la cour. Les vieilles maisons avaient des fenêtres en papier, des poêles à charbon et des latrines malodorantes dans l’arrière-cour. Il n’y avait pas de toilettes intérieures, le charbon était brûlé pour le chauffage.

De nombreuses maisons urbaines sont également des maisons à cour d’un étage. Une maison à cour typique dans un hutong de Pékin a une entrée sur le mur sud. À l’extérieur de la porte d’entrée se trouvent deux pierres plates, parfois sculptées comme des lions, pour monter à cheval et montrer la richesse et le statut de la famille. À l’intérieur de la porte d’entrée, il y a un mur indépendant destiné à bloquer l’entrée des mauvais esprits, qui ne se déplacent qu’en ligne droite. La famille vivait traditionnellement dans la cour intérieure, vers l’arrière du mur nord. Les piliers peints sont polis jusqu’à obtenir une brillance élevée par les constructeurs qui ont d’abord appliqué plusieurs couches de sang de porc.

Orientation des maisons chinoises

Orientation des maisons chinoises

Patricia Buckley Ebrey de l’Université de Washington a écrit : « Bien que peu d’exemples de maisons chinoises aient survécu à l’antiquité, en utilisant des preuves archéologiques, les chercheurs ont déterminé que de nombreux principes de base de la conception des maisons chinoises, tels que l’accent mis sur l’orientation, la disposition et la symétrie remontent très loin dans l’histoire chinoise.

« Détail du manuel du charpentier de la dynastie Ming montrant les meilleurs endroits pour implanter une maison. Le texte de la maison de droite dit : « S’il y a un rocher ressemblant à une jarre à vin, la maison se transforme en un ‘site de plénitude’. La famille sera riche et dès qu’un vœu sera prononcé, l’or et l’argent se déverseront. »

L’un des aspects les plus frappants de l’architecture domestique chinoise est la pratique consistant à orienter les maisons vers le sud. Les archéologues ont découvert que de nombreuses maisons de la période néolithique étaient rectangulaires avec une porte orientée vers le sud. Les établissements de la période Zhou étaient également organisés selon un axe nord-sud. Ces premières habitations n’existent plus, mais les maisons en Chine, dont les plus anciennes datent de la dynastie Ming, montrent également une tendance à être orientées vers le sud. Les maisons construites aujourd’hui sont également orientées vers le sud, si l’espace le permet.

Le Feng Shui et les maisons

Le Feng Shui et les maisons

L’orientation d’une maison suit souvent les règles du feng-shui qui signifie littéralement « vent et eau » et qui est souvent traduit par géomancie. Les concepts du feng-shui dictent également les types de matériaux utilisés dans les bâtiments. Associés à l’emplacement du bâtiment, les matériaux de construction appropriés étaient censés rediriger l’énergie bénéfique pour les habitants. Les matériaux de construction les plus courants pour les maisons en Chine sont la terre et le bois, qui ont tous deux des associations positives.

Les cinq directions de la cosmologie chinoise et du feng shui sont le nord, le sud, l’est, l’ouest et le centre. Le sud représente la lumière et porte bonheur. Le nord représente l’obscurité et porte malheur. En conséquence, les portes des maisons ne doivent pas être orientées vers le nord ou le nord-ouest : elles doivent être orientées vers le sud. Toute la maison doit être orientée vers le sud avec des montagnes au nord pour empêcher la malchance d’entrer et la bonne chance de s’échapper. Le meilleur emplacement est au pied d’une montagne, face à une rivière. Les eaux aident à attirer le qi. Les bâtiments de plan carré aident à le retenir fermement.

L’emplacement de l’alter familial, l’orientation de la maison et la disposition des meubles doivent être en harmonie. Les chambres à coucher doivent être orientées vers le soleil et les escaliers ne doivent pas être visibles depuis l’entrée principale. On pense que le Qi entre par la porte d’entrée et sort par les toilettes.

Les murs peuvent être construits selon certains angles pour attirer l’énergie positive. Les portes peuvent être ornées de pièces de monnaie portant le nom d’empereurs célèbres pour attirer la chance. Les fontaines situées dans les coins sont parfois utilisées pour dévier les mauvaises énergies provenant des angles aigus des bâtiments voisins. Les miroirs sont également utilisés pour dévier la mauvaise énergie. Les téléphones portables sont censés perturber le feng shui. Les plantes florissantes sont des signes que le qi est abondant.

Éléments décoratifs et croyances populaires dans les maisons chinoises.

Patricia Buckley Ebrey, de l’université de Washington, écrit : « La décoration des maisons est le résultat d’une combinaison de préoccupations pratiques, de croyances populaires et d’ornementation pure. Les murs et les avant-toits sont souvent décorés, mais une attention particulière est accordée aux portes et aux fenêtres car ce sont des endroits où l’on pensait que les bons ou les mauvais esprits pouvaient entrer. Les schémas décoratifs élégants permettaient également d’aérer ou d’ombrager.

« De nombreuses ouvertures sont recouvertes de treillis aux motifs infiniment variés qui « façonnent le vent » ou modifient la façon dont l’air pénètre dans la maison. L’une des façons d’attirer la chance est d’invoquer le caractère fu, que l’on voit sur le mur de droite. Fu peut être traduit par « bonheur », « bonne fortune », « bénédictions » ou « chance ». « Non seulement le caractère fu est de bon augure, mais les représentations des homonymes de fu portent également bonheur.

« Parce que les Chinois honorent l’âge et souhaitent une longue vie, le caractère représentant la longévité shou est également souvent présent sur les maisons chinoises. Une forme stylisée de shou peut souvent être vue au milieu d’une porte Un autre caractère censé exprimer la longévité est wan qui signifie « dix mille ». Ce caractère est souvent représenté stylistiquement comme une svastika à l’envers, comme sur le treillis. D’autres symboles de longévité sont la pêche, la tortue, le cerf, la grue et les arbres à feuilles persistantes. Les poissons symbolisent l’abondance car les deux mots sont homonymes. On voit souvent des poissons sur les maisons chinoises.

« Outre le bonheur, la richesse et la longévité, les Chinois désirent également l’harmonie dans leur foyer. Cela est représenté par une paire de poissons qui nagent ou des paires d’oies, de grues ou de canards. « Les objets contenant de nombreuses graines, comme les cosses de lotus et les pastèques, reflètent le désir d’avoir beaucoup d’enfants. Un tigre portant les huit trigrammes est souvent suspendu au-dessus des portes. Dans certaines régions de Chine, en particulier dans la province de Fujian, le mot « tigre » se prononce « fu ». Les huit trigrammes sont censés éloigner les mauvaises influences. Associée au visage féroce du tigre, cette image constitue une amulette puissante.

« Les miroirs sont également censés détourner les mauvaises influences. Une combinaison de miroir et de ciseaux est souvent suspendue au-dessus d’une entrée faisant face à une voie en sens inverse. Il existe également des bannières que l’on peut traduire par :  » Chaque fois que j’entends parler de bonnes actions, mon cœur est heureux « .

Éléments décoratifs et croyances populaires dans les maisons chinoises.

Variation régionale des maisons chinoises

La diversité du climat et des modes de vie en Chine est souvent déterminante en matière de logement. Dans les régions froides du nord, de nombreuses personnes dorment sur des plates-formes chauffées appelées kangs. De nombreux Mongols passent encore au moins une partie de l’année dans des tentes appelées yourtes, qui étaient leur principale forme de logement lorsqu’ils étaient nomades. Dans le sud, chaud et humide, les maisons construites sur pilotis avec des éléments en bambou et en paille sont encore courantes. Les maisons traditionnelles, avec des cours fermées par de hauts murs et des toits en pente avec des bords incurvés vers le haut, se trouvent dans toute la Chine, mais sont particulièrement courantes dans le nord. [

Ebrey écrit : « Le climat a un impact énorme sur la construction des maisons chinoises, à la fois parce qu’il détermine les matériaux disponibles et le type d’abri dont les gens ont besoin. Les maisons du nord répondent au climat plus froid et plus sec, tandis que dans le sud, la chaleur et l’humidité sont des facteurs importants qui influencent la conception. Certaines variations régionales, cependant, sont une question de style, sans lien avec la géographie.

Les cours des maisons du nord sont souvent beaucoup plus grandes que celles du sud. Le type de cour et la façon dont les avant-toits sont parfois affleurants donnent des indices sur la provenance de la maison. Les maisons à cinq baies de la province du Zhejiang ont des fenêtres et des ouvertures à des endroits différents de ceux que l’on trouve dans les autres maisons. Le village de Yixian, dans la province de l’Anhui, est célèbre pour ses « murs en tête de cheval », dont les murs d’extrémité ou pignons s’élèvent au-dessus de la ligne de toit des maisons. Les maisons construites le long des canaux sont courantes dans le sud de la Chine. Les habitations Hakka de la province de Fujian comprennent des villages massifs dominés par une seule lignée, construits lorsque les différentes lignées étaient souvent engagées dans des querelles armées entre elles. Les Dai du Yunnan ont des maisons magnifiques et caractéristiques. Dans le Shanxi et ailleurs, on trouve encore des maisons creusées dans le sol et des habitations troglodytes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.